Le gilet pour Maman

Ce gilet, c’est toute une histoire

Maman a toujours froid au dos et adore mettre un gilet sans manches par dessus son pull.

1ère étape, octobre : Elle me montre un catalogue de prêt à porter

gilet tricot machine

Gilet souhaité

en me disant qu’elle va se commander ce gilet. Pourquoi pas, il n’est pas mal du tout !

2ème étape : Le lendemain, elle tombe en arrêt devant une pelote magnifique et je lui propose donc de lui faire un gilet.

Mohair et soie des fermes de France

Douceur extrême

Renseignements pris, la pelote est orpheline mais la charmante mercière peut en commander. Pas simple, c’est à Concarneau.
Réflexion intense, pelotes commandées et payées, elles me seront remises au salon CSF, en novembre.

3ème étape : La plus difficile, la discussion sur le choix du modèle.
Bien évidemment je souhaite utiliser cette matière de choix pour tricoter un gilet à « trou-trou » (style châle en dentelle). Maman est persuadée qu’elle n’aura pas assez chaud. Je n’ai pas réussi à la convaincre du contraire et je dois donc tricoter du jersey sans trou-trou. Je n’adore pas !!!!! Seule concession, j’ai « le droit » de faire quelques fantaisies sur le devant mais surtout pas sur le dos qui doit être très très chaud…. Le gilet doit aussi ressembler le plus possible à celui du catalogue.
Avez-vous déjà essayé de « copier » un gilet tricoté industriellement, en laine très fine, en utilisant un sublime mélange de mohair et soie qui mériterait d’être tricoté, en déjaugé, en point dentelle ? Quel « challenge » !!!!

Gilets modèles Drops

Un peu le même style

Recherche de modèles sur le Web, le site de Drops en particulier.
Evidemment rien ne correspond, ni le type de laine, ni la grosseur, ….
Ce sera donc un modèle sorti de ma seule imagination.

4ème étape : Tricot. Je commence nécessairement par un échantillon pour décider de la taille des aiguilles calculer le nombre de mailles. Je commence par le dos pour 2 raisons :
– cela me permettra d’ajuster, si besoin, les devants pour avoir la bonne taille.
– il est sans motif, donc pas amusant, autant s’en débarrasser le plus vite possible ….

Premier devant,

petit motif ajouré

Quand même, quelques trou-trous

chouette un petit motif ajouré. Je m’arrête à l’encolure pour me donner le temps de la réflexion.
Et …. je suis atteinte du syndrome de la seconde chaussette pendant quelques jours. La date de « remise » du gilet approchant, je me remotive.

Arrivée au niveau de l’encolure, je profite de l’expérience de Mathilde et de ses deux chaussettes tricotées en même temps (pour être parfaitement identiques), mets les deux devants sur la même aiguilles et je termine le tout.
Deux rangs de crochet,

2 rangs de crochet

finitions au crochet

et hop, terminé.

Gilet mohair et soie

Pourvu qu’il soit à son goût …

Plus de 4 mois pour tricoter un gilet, il n’y a pas de quoi être fière !

Je le lui remets jeudi prochain, pourvu qu’il soit conforme à ses espérances.

 

 

 

 

 

J’espère qu’elle ne fait pas semblant de l’apprécier. Elle ne l’a pas quitté pendant les quelques jours passés avec elle.

Maman et son gilet

Mohair et soie des Fermes de France

 

Publicités

Châle Penicuik

Châle assez simple, quasi-intégralement au point mousse

Au moment de vous parler de ma phase actuelle de tests, je m’aperçois que j’ai omis de vous montrer le châle qui en est à l’origine !
J’ai été très impressionnée par ce modèle, vu tricoté dans des laines teintes à la main dans un dégradé de gris et écru. Magnifique !!!
Le prix des écheveaux m’a un peu refroidie et la boutique ne vendait pas le modèle, qu’il fallait se procurer sur Ravelry. L’amie qui m’accompagnait n’a pas pu résister à ces teintes superbes et nous avons toutes les deux bien noté le nom du châle.

Dès le lendemain, j’ai eu le plaisir de recevoir les explications en cadeau (mille fois merci). Je finirais bien par trouver une laine plus abordable qui me conviendrait.

En novembre, petite visite à l’Atelier, je déniche les pelotes parfaites pour mon Penicuik :

Alpaca Mix de Drops

Les restes

4 teintes de gris parfaitement assorties en 100% Alpaga. je n’hésite pas un instant. Une pelote de chacune des 4 teintes, acquises pour une somme très raisonnable.

Je l’ai commencé peu après …. et suis tombée en panne de laine lors de la 3ème partie du châle. C’était en décembre, au moment où j’avais fait le pari stupide de ne pas acheter de laine pendant un mois !!!!  J’ai fait une légère entorse à ce pari pour obtenir la pelote manquante (j’en avais rapporté quelques autres), j’avais des excuses, non ?
Excepté la pelote que j’ai dû racheter, les restes sont optimisés. Il devrait suffire de tricoter  2 ou 4 rangs de moins dans la troisième partie pour n’utiliser que 4 pelotes.  A essayer plus tard, en rose ?

Je l’ai terminé en toute fin d’année dernière et c’est peut-être cette période festive qui explique que j’ai omis de vous le faire voir.

4 nuances de gris

Bordure picots

A part le démarrage, je n’ai rien changé dans sa construction. Les 2 augmentations à chaque rang génèrent sa forme de banane, selon les termes mêmes de la créatrice. J’adore sa forme originale, très allongée.

Châle Penicuik gris

2 tours pour être bien au chaud

Il mesure 2,1 m de long pour une hauteur maximale de 40cm. Sa douceur et ses teintes qui s’accordent avec presque tout font que c’est celui que je porte le plus depuis le début de l’année.

Penicuik sur Ravelry

pour mieux voir les couleurs

Rapport qualité/prix imbattable !

De plus, il me reste de quoi faire des mitaines assorties. (Pas assez pour des chaussettes …)

 

 

Ce châle n’aurait jamais dû exister

Best Friend Shawl, bordure ajourée et rangs raccourcis,  au point mousse

Un jour, pendant les dernières soldes, j’avais décidé d’aller acheter du tissu, un jersey noir pour faire deux écharpes. Juste un rectangle ourlé avec des superpositions de touches de dentelles. Evidemment rien de ce qui correspondait à mon idée n’était soldé ! Après avoir fait l’acquisition du tissu convoité, j’ai été tentée d’aller jeter un coup d’oeil au rayon laine.

5 pelotes au départ

Couleurs tendres et dégradées

Rien de soldé mais quelques pelotes m’ont attirée avec une extrême vigueur.
Ce que j’aime, en ce moment, des couleurs dégradées et fondues dans deux de mes teintes favorites : rose et gris. Aucune idée précise de ce que j’allais en faire (un châle évidemment ! mais quel modèle ?).

Peur de manquer, j’en prends 2 roses et 3 grises. Raisonnable, non?
J’avais, au moins, 2 ouvrages en cours (sans compter ceux qui sommeillent profondément) et je les oublie complètement.
Quand je les croise, quelques jours plus tard, je décide de refaire un modèle déjà testé avec un mélange de mérinos et soie. Best Friend de Lil Weasel, disponible gratuitement sur Ravelry et je me dis que, comme sur le modèle, j’en ferai ensuite un second complémentaire, histoire d’optimiser les restes de laine.

Je fonce tête baissée, ne prenant pas le temps de re-lire les explications correctement et tricote la bordure ajourée, de plus de 2 mètres de long, en jersey au lieu de point mousse. Evidemment cela roulotte !!!! Vu que c’est de l’acrylique, il ne faut pas penser qu’un blocage pourra m’aider, une seule solution tout détricoter et recommencer …… J’aurais aussi pu tout mettre en boule dans un coin !

bordure ajourée sur base de point mousse

Bordure du bas et picots

Je recommence immédiatement et, après plusieurs nouvelles heures, la bordure est comme elle aurait toujours dû être. Le reste du châle est assez vite tricoté, quelques rangs ajourés et le reste au point mousse en rangs raccourcis.

Je n’ai pas modifié grand-chose, juste ajouté quelques picots en fermant les mailles du dernier rang.

Best Friend Shawl

J’adore ces couleurs

Comme il ne me reste pas une pelote entière, et aussi (surtout ?) parce que je n’ai pas eu le temps de retourner à ce magasin, j’ai décidé d’être raisonnable et de ne pas racheter les pelotes nécessaires à la réalisation du second châle. Surprenant, non ?