Pochon et berlingot

Je crois que j’ai voulu brûler certaines étapes

Je ne « craque » pas que pour la laine mais aussi, un peu moins souvent, heureusement, pour des tissus. Le petit souci est que je couds nettement moins que je tricote.
Bonne résolution : ne pas acheter le moindre nouveau coupon ou autre avant d’avoir utilisé la MAC.
Ma seconde souhaitait un sac à linge comme ceux faits pour sa soeur en tout début d’année et est dans une « période ananas ». Chance (excuse) extraordinaire je découvre un tissu assez sobre avec la représentation de son fruit préféré, j’achète, et je m’y mets !!
Un petit pochon tout simple mais prétexte à essayer les coutures à l’anglaise

couture à l'anglaise

Une première couture envers contre envers et une seconde endroit contre endroit

dont je viens d’apprendre l’existence.
Elles permettent d’avoir un envers aussi propre que l’endroit.
J’ai peut-être pris de trop grandes marges de couture mais je crains toujours que cela craque.
Je n’oublie pas de laisser l’ouverture pour la coulisse, petit renté pour cela soit bien net … et je tente même deux coutures paralllèles :

Rabat pour créer la coullisse

Couture de la coulisse

peut mieux faire.

 

 

 

Passage du ruban pour la fermeture et ajout d’une perle pour que cela fasse un peu plus fini.

ruban orné d'une perle

Ce n’est pas moi qui ai choisi la couleur du ruban

Il n’y a plus qu’à l’utiliser.

pour mettre le linge

pochon terminé

 

Par chance, il lui convient.

Forte de cette réalisation sans encombres (que les spécialistes ne rient pas s’il vous plaît), j’exhume un kit acquis en fin d’année dernière et enterré depuis. Comme je n’ai pas rangé, je l’ai retrouvé immédiatement.
Il s’agit de confectionner une pochette berlingot doublée. Je n’avais pas pris la pleine mesure des difficultés techniques, à mon niveau tout au moins  !!!!
La lecture du mode opératoire me laisse un peu perplexe mais, dans un élan d’optimisme, je me dis que comprendrai peut-être au fur et à mesure de l’avancement !

Deux nouveautés immédiates : coudre du tissu enduit et une fermeture éclair insérée entre deux épaisseurs de tissus (on ne voit rien quand on coud ….) .
Cela faisait des années  que je n’avais pas cousu de fermeture et jamais entre deux tissus. J’essaye donc de faire dans les règles et je faufile après avoir épinglé. Je n’en n’avais jamais posé de cette manière et les extrêmités m’ont causé bien des soucis.
Mes coutures ne sont pas très régulières et la fermeture n’est pas tout à fait centrée, tant pis pour cette fois.
Une fois cousue, je teste et …. le tissu de doublure se coince immédiatement dans la fermeture. Relecture des explications : rien ne semble prévu pour éviter celà.

fermeture entre deux épaisseurs de tissu

Pas facile

Je décide donc de rajouter une piqûre de chaque côté pour éviter que cela ne se reproduise. Je vous assure que j’avais décidé de suivre à la lettre les explications, j’ai vraiment été obligée de modifier !

Les couture sont affreuses, le tissu enduit n’obéit pas, …. Je ne défais pas par crainte des traces de trous résultantes.

Je relis pour la n ième fois le mode opératoire, pose le ruban (dans le bon sens, ouf ) et termine la dernière couture. Je retourne la pochette et ….. grosse déception :
– les angles sont hideux,
– la couture du bas est faite trop loin de l’extrêmité de la fermeture,
– la fermeture me semble posée à l’envers.

Berlingot doublé

Ouf, terminée !

 

Reconsultation du tuto : la fermeture est dans le même sens que sur la photo, j’aurai préféré l’inverser mais je n’avais pas fait assez attention.
Pour rectifier les angles, je crante (rien n’était indiqué à ce sujet, heureusement que Mine, (merci Mine) m’en avait parlé il y a quelques temps.
Je re-retourne, c’est mieux.
Fermeture de la doublure à la main, facile !

Il ne reste plus qu’à lui trouver un usage, trousse à couture ?
Et à faire une seconde, améliorée, rapidement.

Publicités

Ma première paire de chaussettes, enfin !

Depuis le temps que j’en rêvais

Je pense que ce projet a été le plus long à aboutir.
Depuis que je vois de magnifiques réalisations sur différents blogs, dont ceux de Mine et Mathilde par exemple, je rêve de m’en tricoter une paire.
J’avais toujours une bonne « excuse » pour ne pas m’y mettre, un projet de châle urgent à réaliser, pas la bonne laine, pas les bonnes aiguilles, ….

Ma première expérience, il y a bien plus d’un an, a tourné court assez vite ….

Début de chaussette abandonnéé

Cela n’a pas été beaucoup plus loin

pas même une demi-chaussette, beaucoup trop grande et rapidement abandonnée. A ma décharge, je ne dominais pas encore du tout le magic-loop et j’avais une aiguille circulaire de qualité médiocre. (J’entends déjà les mauvais ouvriers ont toujours de mauvais outils….). Je m’en suis rendue compte ultérieurement quand j’ai découvert, au contact des pros, de nouvelles marques incomparables !

La deuxième plus convaincante n’a tout de même pas abouti.

Des orteils vers le haut

Toujours « toes-up »

Elle est restée unique.
Il paraît que le syndrome de la seconde chaussette est bien connu !

Chaussette rayée

Elle restera unique ….

 

C’est décidé la troisième tentative serait la bonne.
Je mets tous les atouts de mon côté, consulte les blogs et autres sites, discute avec les copines pour peaufiner le choix du modèle.
Soutient des tricopines (merci à elles), inscription à un KAL pour finir de se motiver ….

Je persiste à vouloir les tricoter à partir des orteils, toes-up, comme les essais précédents. Etant totalement novice dans ce domaine, j’ai compris que c’est le plus sûr moyen qu’elles soient à la bonne taille.
Critères retenus après nombreux palabres et intense réflexion :
– turkish cast-on (montage des mailles à la Turque, nombreux tutos disponibles)
– augmentations symétriques pour le bout de pied, 4 mailles tous les 2 rangs,
– talon en rangs raccourcis
– tige en côtes 3/1
– rabattage élastique des mailles

Et le top du top pour être certaine d’en avoir 2, et identiques, les tricoter simultanément sur la même aiguille circulaire !!! Bluffée par la démonstration faite par Mathilde lors d’un café-tricot. (Le temps ayant passé, j’ai dû demander une nouvelle démo! ) Merci pour ta patience.

Il ne reste plus que le choix de la laine, assez

l'Atelier rue des plantes

Laine à chaussettes Drops

 

 

 

vite fait, pris dans mes derniers achats  :

 

Et hop, c’est parti :

Turkish cast on sur aiguille circulaire

20 mailles pour chaque chaussette

Ensuite, deux augmentations sur le dessus et le dessous tous les 2 rangs (donc 4 mailles par chaussette tous les 2 rangs), jusqu’à obtenir 60 mailles par chaussette.

les chaussettes seront identiques

Plus simple avec 2 pelotes

C’est pratique, on peut essayer au fur et à mesure.
Je commence à maîtriser le magic-loop mais trouve que cela fait perdre du temps et je décide donc d’utiliser 2 aiguilles circulaires (En fait, je n’avais pas lu tous les tutos et cette possibilité m’avait échappée). Un pur bonheur !
Le talon en rangs raccourcis, qui me semble être le plus simple au vu de mes lectures,

tricoté sur 30 mailles

Pour l’instant, tout va bien

fait sur l'arrière de la chaussette

talon en rangs raccourcis

n’a pas posé de problème particulier, excepté que je pensais qu’il serait un peu plus court et donc mes chaussettes sont un peu trop longues.
Les rangs raccourcis ont été tricotés sur les 30 mailles de l’arrière de la chaussette, jusqu’à ce qu’il ne reste que les 10 mailles centrales.
Je n’ai pas défait par crainte de ne pas garder la symétrie. J’enchaîne sur la tige et termine par un rabattage élastique, fait à l’aiguille à laine.

laine à motifs automatiques

Il y en a vraiment 2

côtes 3/1 pour l'élasticié

Je crois que je préfère l’envers

Il va falloir que j’en tricote d’autres car je souhaite faire de nombreux tests, en particulier différents types de talon qui, pour l’instant, m’intriguent encore (renforcé, boomerang, séparé …. et j’en passe !).
J’essayerai aussi de tricoter les derniers rangs en ajoutant un fil élastique. Fleur, ne t’inquiète pas, j’ai déjà tout ce qu’il faut !

 

 

Il n’y a plus qu’à choisir comment les porter, avec ou sans revers ?

 

 

 

 

 

Pour cette première paire, j’ai aussi apprécié, entre autres, les liens suivants :
Tricotin,
Les chaussettes de la Stroumpfette,
rabattage élastique des mailles

Tuto châle Ecume de mer, forme allongée

Pourquoi pas faire « une toile » au tricot ?

J’adore la forme de l’un de mes précédents châles, réalisé au point mousse, Penicuik, et je souhaite la reproduire pour un châle en jersey.
Ce châle est donc,

début du châle en jersey

Châle forme allongée, base jersey

au tricot, l’équivalent d’une toile pour les adeptes de la couture.
J’ai acquis un très bel écheveau récemment et je voudrais que le résultat soit tout à fait ce que j’ai en tête.
Quand j’ai parlé d’acheter un modèle sur Ravelry, certaines se sont gaussées « A quoi bon acheter un tuto que tu ne suivras pas ? » Ceci n’étant pas totalement faux, je me lance avec une laine moins onéreuse.
En général, j’imagine au fur et à mesure de l’avancement du tricot et je découvre le résultat obtenu en fin d’ouvrage.
Mais cette fois, je sais vraiment ce que je veux : un châle très allongé, parfois appelé « banane ».

Pour obtenir cette forme, une moyenne de 6 augmentations tous les 2 rangs devrait convenir. Partie centrale en jersey, pas compliqué. Je souhaite aussi une large bordure ajourée, constituée de plusieurs motifs répétitifs. Parallèlement je commence donc le tricot et des gribouillis sur papier.

Difficile de se rendre compte de la forme définitive quand on a une sorte de boule sur les aiguilles …. Je suis tout de même confiante.  Quand j’estime la partie jersey assez grande, j’en suis à plus de 250 mailles, je commence le premier motif ajouré à tester. Pas mal, pour l’instant, à voir au blocage ! De toute façon, c’est une toile et je ne déferai pas.
Quelques rangs de  jersey de séparation et j’enchaîne sur le 2ème motif. Puis le 3ème et le 4ème. En cours de tricot, je modifie un peu le 4ème pour « l’alléger » et je rajoute un petit dernier pour alléger encore plus la bordure.

Blocage indispensable, il semble vraiment bien long, comme je le souhaitais.

plus de 2 mètres de long

Bien long pour faire un gros noeud

ou  pour être porté en chèche :

châle chèche

on peut même faire encore un noeud

 

Pour celles (ceux ?) qui regardent de près :

large bordure ajourée

Vous les voyez les 2 rangs qui manquent ?

il y a une modification du tuto par rapport à la photo de la bordure : 2 rangs de jersey de plus que ceux tricotés entre les motifs 3 et 4. Le motif 4 sera plus « visible ».

 

Comme cet essai me plaît bien tout de même, je décide de tenter d’en rédiger le tuto.
Quelques jours passent, je m’absente de la maison, et je ne retrouve pas mes gribouillis au retour !!!!!
Obligation de mettre de l’ordre. Ouf, brouillon et notes retrouvés sous des ouvrages en cours (J’avais dû tout empiler avant de partir pour faire semblant de ranger …)
Installation devant l’ordi en début de semaine dernière, quelques heures de saisie et de relecture plus tard, je vous propose de vous amuser à votre tour.

Tuto châle Ecume de mer contient quelques explications « texte » et Grilles châle Ecume de mer, les diagrammes des différents motifs. Je vous remercie par avance pour votre indulgence si des erreurs subsistaient.

Couverture bébé au crochet

J’avais encore le temps

Quand j’ai appris cette naissance à venir pour juillet, j’ai été ravie. J’aurai un(e) cobaye pour mes nouvelles expériences tricotesques. Après avoir testé quelques modèles de chaussons, j’avais envie d’en essayer de nombreux autres, des brassières, pulls et autres couvertures.

Un modèle, au crochet, m’avait bien plu sur le blog de Mine. C’était il y a quelques temps déjà et, depuis, j’en avais découvert d’autres plutôt au tricot. S’en suivit une période d’hésitation : crochet ou tricot ? avec des torsades ou des carrés de plusieurs points ? ajourée ou pas ? doublée ou non ?
Autre interrogation, le choix de la laine. Evidemment, j’aurai pu regarder dans ma réserve personnelle, mais c’était au moment de l’AEF.

Pelotes couleur taupe

Toutes douces

Je suis tombée sous le charme de pelotes que je ne connaissais pas, couleur taupe, contenant de l’alapaga et lavables machine (j’espère que c’est vrai !). Ma coach perso en gestion de stock de laine ayant approuvé, ce seraient celles-là pour la couverture.
Elles me semblaient convenir au modèle retenu initialement, et seraient donc crochetées.

Elles n’ont pas attendu très longtemps, j’avais envie d’un peu de changement entre 2 châles au tricot. Pas d’échantillon, (ce n’est pas bien, je sais !),

couverture bébé au crochet

On peut dire que c’est un grand échantillon, non ?

démarrage en taille réelle.
Elle devient assez rapidement encombrante pour être emportée lors de mes trajets en métro et j’en profite donc pour commencer un nouveau châle.

Quelques soirées et jours de congés plus tard, elle atteint la taille souhaitée et j’attaque la bordure,

moins de mailles

Bordure « allégée »

un peu modifiée par rapport au modèle (surpris ?). En fait, j’ai été obligée, ma laine étant un peu plus épaisse que celle du modèle, la bordure originale, tout de même testée, m’a semblé trop « lourde ».

Je continue à copier Mine pour vous présenter la couverture terminée.

couverture bébé en alpaga

Coucou Cécile

 

Si les futurs parents le souhaitent, il me restera à la doubler de la couleur et matière de leur choix.

 

Le tuto est ici.