Vide-poche et range-aiguilles à coudre

Je prends goût à la couture de vide-poches.

Pot en lin brodé fleurs

Kit Sajou

 

Le premier avait été en « chantier » pendant près de 2 ans.

 

 

Les deux suivants, uniquement cousus et pas brodés ont été réalisés rapidement.

pot en lin doublé

doublé coton bleu

 

pot en lin doublé indienne

doublure indienne rouge

 

 

 

 

 

Les trois sont assemblés sur le même principe, la couture du bord supérieur est faite de façon visible et dissimulée ensuite sous le ruban cousu par-dessus. Pas de difficulté de couture particulière. (même pour une débutante)

J’ai eu ensuite envie de modifier le modèle, pour le montage du bord supérieur, afin qu’il ne soit pas nécessaire de masquer la couture par un ruban.
Je souhaite m’entraîner à laisser une ouverture dans la doublure, par laquelle on retourne ensuite l’ensemble, une fois la couture du bord supérieur faite.
Facile pour vous, mais pas du tout automatique pour moi !!!

Un matin, je commence la nouvelle version.

Coupe des 2 rectangles de 20 * 40 cm, jusque là tout va bien. J’ai envie d’agrémenter mon vide-poche d’un petit croquet (il paraît que l’on ne dit plus croquet mais serpentine …), cousu à la machine.
Premier écueil : je n’ai pas réalisé que le vert ne faisant partie de mes choix habituels, je n’ai évidemment pas de fil de la bonne couleur.
Je réussi par dénicher une petite bobine de vert clair, mais pas question de faire une piqûre machine, ce serait affreux.

couture du croquet à la main

croquet ou serpentine ?

Je m’arme donc de patience et  couds donc le croquet à la main sur la bande de lin.

Couture des côtés et du fond des 2 épaisseurs, pas compliqué,

lin et indienne

prêts à être assemblés

passage à l’assemblage des 2.

En théorie, je savais qu’il ne fallait pas oublier de laisser une ouverture dans le pot intérieur mais, en pratique, j’ai oublié.

Au secours découvit !

assemblage des 2 épaisseurs

finitions à la main

Assemblage des 2 épaisseurs, retournement de l’ensemble par l’ouverture et fermeture finale à la main.

Vide-poche assemblé

Fini !

 

 

 

 

 

 

Terminé.

 

 

 

Il ne reste plus qu’à coudre le porte-aiguilles assorti.

plaque auto-réparatrice et roulette

le bonheur

Maintenant que suis mieux outillée, la coupe ne pose plus de problème.

porte aiguilles

quatre pages de feutrine

Par contre la pose du croquet dans les angles a été un peu plus épique et j’ai fini par les coudre à la main, là je maîtrise mieux !!

 

Assemblage des deux parties et

vide poche et porte aiguilles

pas impeccable mais fini

mon petit nécessaire à couture est prêt à être offert.

 

 

Pourvu qu’il plaise …..

 

 

Publicités

Chaussettes, je persévère

Gisèle socks

Aperçues sur Facebook,  modèle Ravelry (quelle source inépuisable !!!), elles ont tout pour plaire et convenaient tout à fait à la reprise mon activité chaussettes. Lecture des explications, pas de problème détecté, je me lance.

Contrairement aux précédentes, celles-ci ne sont pas un test, il faut faire les deux, et identiques !

Je monte donc les mailles pour les deux sur une aiguille circulaire et tricote les deux pointes en même temps.

Aiguille circulaire N°3

Laine Nord de Drops

Ensuite, comme elles sont ajourées, il ne devrait pas être compliqué de les faire identiques même tricotées séparément. Il est quand même plus rapide de les tricoter sur une aiguille circulaire courte prévue pour ! Cela évite aussi la démarcation quasi inévitable avec le magic loop.

Ce qui est vraiment pratique avec le démarrage par les orteils, c’est que l’on peut essayer en cours de réalisation.

chaussettes ajourées en alpaga

J’essaye de faire les 2 en parallèle

Petite hésitation par rapport aux explications pour savoir quand commencer le talon, comparaison avec les précédentes un peu trop grandes à mon goût, c’est bon, j’y suis. Les deux en étant au même stade, je commence le premier talon.

Gisèle Socks

Pour être certaine de faire les deux !

 

Une fois terminé, je remets la chaussette en attente et reprends l’autre pour réaliser le second talon avant d’avoir oublié comment j’ai fait le premier.

 

mailles enveloppées pour les rangs raccourcis

en rangs raccourcis

Il ne reste plus que la partie tige des deux chaussettes à tricoter. J’oublie de tricoter le point dentelle sur l’arrière et dois défaire, quelle étourdie !

Reprise de l’aiguille circulaire courte, pour aller plus vite. Rapidement l’hésitation s’installe, je fais la version du modèle (et j’ai presque fini !!!) puis je fais les mitaines assorties avec la laine restante ou je les tricote bien longues pour avoir très chaud ? Comme je n’imaginais pas les porter pour sortir, il valait mieux les faire longues. Je pense les mettre pour « cocooner » à la maison, voire pour dormir en cas de souci de chauffage.

La première tige avance bien et la pelote diminue. J’ai hâte de voir si elle sera vraiment conforme à mon souhait. Pour l’instant l’essayage est plutôt satisfaisant.

Instant de suspens intense pendant les derniers rangs, une fois le dernier rang fait, vont-elles pouvoir passer la cheville ? vont-elles pendouiller lamentablement ? Tellement hâte de voir le résultat que je ne les fais pas tout à fait aussi longues que la laine le permettait. Rabattage élastique des mailles pour terminer. Je choisis une technique différente de la fois précédente, aux aiguilles et pas à l’aiguille à laine.
Le résultat n’est pas aussi net qu’un rabattage classique mais tant pis, elle passe le cou de pied et tient sur la jambe, sans serrer, c’est ce qui compte, non ?

laine Nord de Drops

motif ajouré sur toute la tige

Je reprends la seconde, assez rapidement terminée (au détriment du jardinage !).

Je vous assure, il y en a bien deux et identiques

Gisèle socks

plus longues que le modèle

Si elles glissent après les avoir un peu portées, il sera temps de glisser un fil élastique dans le dernier rang.

Je ne les ai mises longtemps pour les photos mais j’ai déjà pu apprécier leur chaleur. L’hiver peut arriver!