Petit sac à anses, toile rayée

Sac doublé, toile à matelas

Coup de foudre pour le sac d’Elila, toujours prête à rendre service, elle me le prête volontiers pour que je puisse m’en inspirer pour m’en faire un du même genre. Je sais que j’ai de la toile à matelas dans un coin, il n’y a plus qu’à la trouver !

sac à anses doublé

début de chantier

La recherche s’est avérée plus longue que prévue et j’ai du ranger une bonne partie du bazar installé dans la pièce qui deviendra, peut-être, un jour (??), un atelier. Pas de chance je l’ai exhumé de l’un des derniers sacs qui me restait à inventorier. Ce rangement m’a aussi permis de remettre la main sur un tissu qui pourra servir de doublure pour ce sac.
Je décide de prendre mon temps pour bien soigner les détails et essayer de ne pas défaire, faute d’avoir réfléchi avant de « foncer ».
Je choisis de ne pas poser de bouton car le sac n’étant pas très grand, il ne devrait pas bailler et ce ne sera donc pas nécessaire de le fermer (je vous assure que ce n’est pas par flemme …)

Je mesure, le modèle et me lance dans la coupe :
– deux rectangles de 40 * 66 cm pour l’extérieur et l’intérieur,
– deux rectangles de 63 * 10 cm pour les anses
– un rectangle de 20 * 17 pour la poche intérieure
Comme, pour une fois, j’ai réfléchi avant de couper, j’ai pensé au raccord des futures anses.

Par sécurité, je surfile l’ensemble des morceaux car, j’écoute Mine, je vais prendre des marges de couture plus faible que d’habitude. (J’ai toujours peur que cela ne tienne pas et prends en général 2 cm, beaucoup trop !!)

poche plaquée à l'intérieur du sac

poche cousue

Couture de la poche intérieure sur la doublure, fait. Ensuite les anses, le retourne biais s’est avéré un peu « léger » pour ce tissu épais et je suis revenue à mon ancienne méthode : avec une épingle à nourrice. Couture des côtés de l’extérieur puis piqûre pour marquer le fond.

couture du sac et de la doublure

intérieur et extérieur

Idem pour l’intérieur, sans oublier de laisser une ouverture pour retourner ensuite.

Intense réflexion (je manque d’habitude) pour positionner correctement les 2 épaisseurs de tissu et ne pas se retrouver avec les anses croisées (du vécu sur la version précédente)

assemblage de l'intérieur et de l'extérieur

ne pas se tromper ….

Couture du haut du sac, renforcement au niveau des anses.

 

pour avoir des anses solides

renfort de la couture des anses

Léger suspens lors du retournement, ouf tout va bien.

Je suis contente de mes « raccords »,

toile à matelas rayée

les rayures coïncident

cela est donc bien utile de se poser quelques questions avant de foncer. (toujours cette envie d’avoir fini avant même que de commencer).

 

Je suis contente de cet exercice, il m’a appris (un peu) que la patience et la réflexion sont importantes (aussi en couture). J’ai réussi à aller au bout sans utiliser le découvit !!!!!

 

 

Il n’y a plus qu’à attendre les beaux jours pour pouvoir le sortir …ou l’utiliser comme n-ième sac à ouvrage! 

sac à ouvrage

et encore un ….

 

 

 

 

 

Publicités

Mon premier sac

Depuis le temps que je voulais coudre un cabas ….

J’avais dû abandonner après avoir coupé les morceaux, faute de ne pas savoir comment faire une poche appliquée. (Quelle idée de tenter l’expérience sans tuto !!!)

Réveillée un peu tôt un matin, je me précipite sur ma « bible » de couture, bien décidée à maîtriser la poche appliquée. La théorie me semblant acquise, il n’y a plus qu’à mettre en pratique. Première étape : retrouver les pièces découpées précédemment. Mince, il manque une des anses, impossible de savoir si elle s’est égarée ou si j’avais omis de la découper. Quoiqu’il en soit il faut en redécouper une nouvelle.
Je m’attaque à la première poche,

poche intérieure

J’essaye de suivre …

les explications sont très claires.

poche appliquée

la première est quasi faite

Elle n’est pas tout à fait rectangle comme souhaitée mais plutôt trapézoïdale….
Ce n’est pas bien grave et même peut-être mieux (on se réconforte comme on peut !!!)
La seconde, un peu plus grande, sera séparée en deux compartiments grâce à une simple couture verticale.
Les poches étant prêtes, je m’attaque à l’extérieur du sac.
Un simple rectangle plié et cousu sur les deux côtés. Pour donner de l’ampleur au fond, je fais 2 petites coutures

pour le fond du cabas

Perpendiculaires aux coutures des côtés

Même procédé pour la doublure intérieure à carreaux,

pour ne pas avoir à chercher ses clés au fond du sac

Pas peu fière, les carreaux sont bien alignés …

sans oublier de piquer l’attache-clés dans la couture de l’un des côtés. Application des poches : pas de problème majeur.

poche appliquée

L’une des poches intérieures

Pour les anses, je me suis contentée de faire une piqûre après les avoir pliées en deux dans le sens de la longueur. Le plus difficile a été de les retourner. Si quelqu’un a une technique, je suis intéressée. (J’ai d’abord essayé de les retourner sur un crayon –> échec, tissu trop épais? J’ai ensuite attaché une épingle de sûreté à l’une des extrêmités, comme pour passer un élastique, après quelques difficultés cela à fini par réussir mais il doit y avoir une autre méthode …. ( Cela m’apprendra à me lancer dans un truc pareil sans tuto !!!)
Le plus difficile était fait, plus qu’à assembler les 2 sacs, sans oublier de laisser une ouverture pour retourner le tout. Petite surpiqûre sur le bord pour faire plus joli et plus fini.

Pois à l'extérieur, carreaux à l'intérieur

Cabas réversible

J’espère qu’il sera solide …

Cabas à poches

Deux poches, dont une « double « 

 

Après discussion avec les spécialistes, au moins deux améliorations sont à prendre en compte pour le prochain :
– faire des coutures renforcées pour les anses
– prévoir l’ouverture de « retournement » sur l’un des côtés ou au fond pour que le haut du sac soit plus net.
A tester pour la nouvelle version.

Sac en feutre tout simple

D’après un modèle vu à l’aiguille en fête

Un modèle de sac en feutre m’avait attiré l’oeuil, bordure en dentelle, poignées fines et élégantes, ….  Seul hic, pas de tuto et je n’avais jamais fait de sac. Je n’ai donc pas voulu me lancer dans des achats trop onéreux, en autres les poignées en cuir, et n’ai pris que le feutre en me disant que je ne l’utiliserai peut-être jamais ….  Comme j’ai la chance de pouvoir, certains samedis, suivre de loin les cours de couture dispensés par Valériane là où je travaille, j’ai observé comment elle faisait les fonds de trousse et ai décidé d’essayer.
J’ai taillé dans le rectangle des bandes qui pourraient servir d’anses et commencé à coudre les côtés à la machine. Elle n’a pas adoré, trop épais. En allant tout doucement, elle a consenti à coudre les deux côtés et à faire les deux petites piqûres pour marquer le fond. Coudre le gros-grain sur les anses, pas de problème mais elle a refusé tout net d’assembler le sac et les anses : deux épaisseurs de feutre plus celle du gros-grain : STOP !!!!

A partir d'une seule plaque

Sac à ouvrage en feutre

Seule solution, retrouver mon dé et faire les petites coutures à la main. Pas aussi soignées qu’elles auraient dû car, évidemment, j’étais pressée d’aller à mon rendez-vous Café-tricot et je voulais emporter mon nouveau sac à ouvrage.Bien sûr, pas eu le temps de fouiller dans mon stock de dentelles anciennes…..
Je ne suis pas très fière de la couture des anses :Gros grain assorti

Peut mieux faire !

 

J’avais acheté d’autre morceaux de feutre, un peu plus fins, j’espère que ma machine sera plus coopérative ….
Si vous savez comment procéder pour les coutures épaisses, n’hésitez pas à partager vos « bons tuyaux ». Merci d’avance.