Autre châle triangulaire de base, écru

Châle réalisé au point mousse, en laine comportant du mohair, pour un effet mousseux.

J’avais bien aimé le rouge, tout simple, et je l’ai refait, quasi identique, en écru. Seul le volant bordant deux des côtés est légèrement plus large.

juste un noeud

porté noué sur le devant

Pour les explications, vous pouvez consulter l’article précédent :  châle triangulaire de base

Plus au chaud

J’aime bien ce modèle tout simple avec des fils mousseux, à base de mohair. Le châle obtenu est très doux et agréable à porter. A avoir toujours à portée de main ….

Celui-ci aussi est tricoté en Angel de Bergère de France, coloris blanc cassé, tricoté en double, aux aiguilles n° 7. J’ai utilisé quatre pelotes de 25g pour un châle qui mesure 1,50 m d’envergure pour une hauteur de 70 cm à la pointe.

Porté avec une broche :

 

Bord du châle :

une maille, un jeté, ....

volant obtenu par des augmentations

La bordure est un peu plus large que sur le précédent (différence de longueur de fil avec les pelotes rouges ?)

Si vous n’avez pas le temps de le tricoter, vous pouvez vous le procurer tout fait.

 

Publicités

Tuto châle triangulaire de base

Châle réalisé au point mousse, en laine comportant du mohair pour un effet mousseux.

Avec petite bordure

Réalisé au point mousse

Le principe de base d’un châle triangulaire est de faire 4 augmentations un rang sur deux. Les augmentations se répartissent de la manière suivante :
– une augmentation en début de rang
– une augmentation de chaque côté de la maille centrale
– une augmentation en fin de rang
Elles peuvent être visibles, si elles sont faites grâce à des jetés, c’est ce que je préfère car cela provoque une ligne de « trous » que j’aime bien, ou « invisibles », si l’on tricote deux mailles dans la maille du rang précédent.
Pour avoir des bordures « nettes » les augmentations sont, en général, faites après la deuxième ou troisième maille, en début de rang, et à 2 ou 3 mailles de la fin du rang.

Variante possible : on peut aussi enjoliver le haut du châle en tricotant ensemble les deux premières mailles et les deux dernières, un rang sur deux. Ces diminutions sont immédiatement compensées par un jeté ! Cela fait donc deux rangées de trous, parallèles, sur le haut du châle.
Début de rang :
2 mailles ensemble, un jeté, une maille, un jeté, mailles suivantes ….. donc une augmentation au total
Fin de rang, quand il ne reste que 3 mailles sur l’aiguille gauche :
un jeté, une maille, un jeté, un surjet simple ….. donc aussi une augmentation au total

Autre variante possible : pour celui-ci, j’ai agrémenté les côtés du châle d’une fine bordure volantée, sur 5 rangs :
– * une maille, un jeté *, à répéter, finir par une maille
– tricoter les mailles et les jetés comme ils se présentent
– * une maille, deux mailles dans la maille du rang précédent*, à répéter,
– tricoter les mailles comme elles se présentent
– tricoter les mailles comme elles se présentent en les rabattant souplement

Détail du bas du chale mohair rouge

Détail

Autre grand intérêt de ce modèle, pas besoin d’être très concentrée….on peut facilement le réaliser en bavardant, même intensément !

 

J’aime bien ce modèle tout simple avec des fils mousseux, à base de mohair. Le châle obtenu est très doux et agréable à porter.
Celui-ci est tricoté en Angel de Bergère de France, tricoté en double, aux aiguilles n° 7. J’ai utilisé quatre pelotes de 25g pour un châle qui mesure 1,65 m d’envergure pour une hauteur de 83 cm à la pointe. J’ai stocké des pelotes d’autres couleurs car il paraît que cette laine va être supprimée. Dommage !