Pochon : sac à ouvrage ou à linge ?

J’ai toujours besoin de sacs, pochons, …..

Evidemment, si j’étais raisonnable, j’aurais assez de 2 sacs à tricot. Mais ce n’est pas le cas et j’ai donc besoin d’un (au moins) sac à ouvrage. Les tissus, un peu épais, mélange de coton et lin, étaient choisis depuis quelques jours, il n’y avait plus qu’à s’y mettre.
Après avoir réalisé l’étui à rouge à lèvre demandé par ma fille aînée il y a quelques temps, j’avais bonne conscience et je pouvais me faire plaisir.

pochon cousu avec 2 tissus différents

pochon à coulisse

Je voulais un sac avec 2 tissus différents, une petite dentelle pour séparer les 2, et une fermeture par coulisse, tout en haut du sac.

Je souhaitais aussi que ce pochon me permette de tester quelques-uns des conseils que j’entends Elisabeth prodiguer à ses élèves : ne pas hésiter à faufiler après avoir épinglé, faire rouler les coutures (cela ne s’explique, cela se vit !!!) puis les repasser.

Première étape découpe des tissus, la table de cuisine et mon triple décimètre ne valent pas les outils conseillés mais je n’ai pas encore investi.

Je décide d’assembler les 3 morceaux découpés par des coutures à l’anglaise,

repasser la couture

propre, non ?

c’est deux fois plus long mais ce sera plus propre.

Je n’ai pas hésité à épingler, faufiler (cela faisait longtemps …..), faire rouler les couture avant de les repasser.
La petite dentelle est posée presque correctement,

dentelle prise dans la couture

dentelle cousue entre les 2 épaisseurs de tissu

je n’hésite pas à découdre là où ce n’est pas bien pris entre les 2 épaisseurs (je ne me reconnais plus ….). Vive le découvit !

Pour les coutures de côté, je renonce aux coutures à l’anglaise car je crains les sur-épaisseurs au niveau de la coulisse et je me contente donc de faire un point zig-zag tout autour avant de coudre. Il doit y avoir une technique mais j’ignore laquelle !

Je n’oublie pas de ne pas coudre jusqu’en haut

piqûre apparente autour de l'ouverture

essai de travail soigné

(j’essaye de tirer parti de mes expériences précédentes).

Petite couture de propreté autour de l’ouverture …

Le temps passant trop vite à mon gré, je reconnais que je n’ai pas faufilé les coutures de la coulisse, je me suis contentée de repasser les replis et d’épingler. La couture s’est tout de même bien passée et les 2 côtés de chaque ouvertures ont bien la même hauteur, ouf !

coulisse pour la queue de rat

presque terminé

Plus qu’un dernier repassage et glisser la queue de rat dans la coulisse.

Finalement, je me demande si je ne vais pas l’utiliser comme sac à linge, il est peut-être un peu grand pour un sac à ouvrage ? Bien sûr, je n’avais pas de modèle et ai fait au jugé.

Il me reste du tissu, je pourrai en faire un second, voire un troisième, un peu plus petits.

Kindness shawl, découverte récente

Coup de foudre pour le châle Kindness

Je ne sais pas comment vous choisissez le prochain tricot que vous allez faire :
– un projet en tête puis recherche d’un tuto correspondant ?
– consultation d’un site de tricot ou d’un catalogue au hasard ?
– envie d’essayer une technique particulière ?
– visite dans un magasin ?
– fouille dans vos laines puis recherche d’une idée après avoir choisi LA laine du moment ?
– un peu de tout ce qui précède, cela dépend ?

Quand je choisis un futur châle, cela peut prendre beaucoup de temps entre le repérage du modèle et le début de la réalisation. Les fichiers sont gardés précieusement, voire imprimés, et peuvent attendre des mois ou des années. Pour celui-ci, le modèle a été repéré samedi matin, imprimé puis mis sur le tas : je n’avais pas la laine qui convient. De plus, j’en avais déjà un autre sur les aiguilles !

laine à chaussettes et pure laine

Pour châles ? chaussettes ?

L’après-midi j’avais rendez-vous avec Monique qui m’avais gentiment proposé de venir voir sa réserve de pelotes. Une telle proposition ne se refuse pas, non ?

Je n’avais jamais vu de telles réserves, bien pire que chez moi !!!!! (mais beaucoup mieux rangées). Après 2 heures intenses de bavardages, elle m’a gâtée.

Elle m’a montré la photo de son châle Haruni tricoté avec la laine bleue, je voulais le même !

Rentrée à la maison, j’admire mes pelotes et un déclic se fait, la rose devrait convenir à merveille au Kindness.  Les explications étaient accessibles, les aiguilles aussi. Petit essai pour la grosseur à utiliser et c’est parti. Etant seule pour 3 jours, je n’ai pas été vraiment raisonnable sur les horaires de sommeil.
Lavage, blocage, fils rentrés et voilà :

laine rose dégradée

Pourquoi ai-je commencé par la rose ?

 

J’adore sa large bande de dentelle ajourée.

châle Kindness

plutôt simple à tricoter

 

Ce modèle convenait parfaitement à cette laine, il ne reste que quelques mètres d’un seul écheveau.

100% laine

A garder précieusement, il reste 3 écheveaux

Je termine celui en cours et je commence le Haruni ?
Encore merci Monique.

Gilet top-down

Sur ma liste des essais pour 2017

L’année est déjà bien entamée, il est grand temps de commencer à piocher dans la liste des tests de tricot à réaliser en 2017 !
Je ne souhaite pas me lancer dans un gilet ou pull adulte sans avoir testé cette technique au préalable et choisis donc de faire un modèle layette. Si c’est loupé, je m’en rendrai compte plus rapidement !

Laine et marqueurs de mailles

matériel prêt

La laine est trouvée, reste le modèle. Mes catalogues layette datant de nombreuses années, inutile de les ressortir. Direction le site de Drops, aucun modèle ne retient mon attention, sauf un taille adulte ! Pas compliqué, je prends une laine fine, choisis la taille S, un jersey tout simple et ne modifie rien d’autre aux explications (oui, vous avez bien lu !).

C’était la théorie

Pas de souci pour le début,

toutes les pièces en une fois

manches sur arrête-mailles

cela avance doucement

puis je laisse les mailles des manches en attente comme indiqué et continue la partie principale du gilet. Jersey tout simple car pas sûre du résultat.
Arrivée aux manches, petite modification : plutôt que de monter les 8 mailles pour le dessous de la manche, je décide de reprendre les mailles existantes, cela devrait éviter une couture ultérieure.

Un doute m’assaille en cours de première manche : la dimension ne me semble pas adaptée à un bébé. Heureusement, au café-tricot du vendredi soir, Gigi est une grande spécialiste de la layette. Elle confirme, il faut adapter le modèle. Je détricote et recommence en suivant ses conseils,

gilet bébé top down

Plus qu’à coudre les boutons

Cela me semble beaucoup mieux. J’en profite pour utiliser la technique chaussettes de Mathilde et tricote les 2 manches simultanément pour être certaine qu’elles seront identiques.

J’ai bien envie de récidiver (après quelques châles), c’est chouette de ne pas avoir l’étape couture quand le tricot est terminé !!!!

 

Pas de couture pour terminer

Emmanchures raglan

Cette technique de tricot est bien adaptée aux emmanchures « raglan ».

tricot sans couture

dessous de bras

Pas de couture sous les bras, cela doit être plus confortable.

 

 

 

 

 

Il me reste de la laine, je tente une paire de chaussons. Ce ne sera pas un ensemble car, toujours selon l’experte Gigi, le gilet est du 6 mois et les chaussons sont taille naissance.

chaussons bébé au tricot

Plus qu’à ajouter un petit ruban

 

Deux chèches / châles pour l’été : un tuto

Même modèle : deux versions de châles au crochet

J’ai déjà tricoté ce modèle de Phildar deux ou trois fois, avec des fils plutôt mohair. Une amie l’a tricoté au moins 10 fois avec toutes sortes de matières et c’est vraiment surprenant de voir que le résultat est toujours différent.

Chèche d'été au crochet

Certaines sont intriguées

Les beaux jours étant là et l’envie de tricoter de la laine moins présente, c’est donc vers lui que mon choix s’est fait pour « passer » aux travaux d’été.
Chaleur, interdiction de tricoter dans l’avion, tout concordait pour troquer les aiguilles contre le crochet.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas crocheté en bateau et cela en a intrigué certains …..

J’ai commencé le second avant d’avoir terminé le premier qui commençait à être encombrant dans les transports en commun. (N’importe quoi l’excuse pour avoir des « tas » d’ouvrage en cours).

Chèche d'été ajouré

Abandonné temporairement

 

De plus, j’avais l’impression qu’il n’avançait pas …. La matière, 100% acrylique était assez fine.

Je commence donc une autre version du même modèle, en rose, pour avoir l’impression de changer un peu, et en coton.

Chèche rose dégradé

Terminé en premier

 

Celui-ci a été réalisé beaucoup plus rapidement et a même été terminé en premier.

 

J’ai repris le bleu, décidée à ne pas me laisser envahir par tous mes en-cours.
Ce n’était pas une idée, il est très, très, très long, à terminer. (Cela aurait peut-être été plus rapide si je n’avais pas fait quelques points de croix entre deux séances crochet ?)

Chèche au crochet

Enfin terminé

Je me suis quand même un peu surprise : en quelques jours, j’ai fini mes deux châles, terminé une broderie qui sommeillait depuis près de 2 ans (il ne reste plus qu’à la coudre) et réalisé quelques lettres au point compté.
Il me reste à finir un châle en pure laine, pas tout à fait de saison mais objectif N°1 pour les jours à venir. Je ne vous parle pas des petits en-cours (gilet et chaussons bébé) ni de ceux si sont enfouis trop profondément …..

Ces chèches/châles sont adaptés aux débutants car composés uniquement de mailles en l’air, mailles serrées et de doubles-brides en fin de rangs. On peut se passer de la bordure.
Tuto ici.

Châle point mousse et rangs raccourcis – Tuto

Il faut faire simple avec cette laine

Coup de foudre au salon CSF de l’année dernière. J’ai déjà tricoté cette laine et je sais qu’une pelote (100g, 400m) suffit pour un petit châle donc je craque. Sur un autre stand je croise un châle qui me plaît, réalisé dans cette même qualité, mais les explications sont vendues uniquement avec la pelote …. je ne vais quand même pas en acheter une autre !!! (Il faut être raisonnable, non ?)
De plus, je n’aurai sans doute pas suivi le modèle .

Laine Tosca Light de Lang

Couleur changeante

Pelote rangée au retour … et un peu oubliée depuis.
Lors de fouilles récentes, je la retrouve avec joie et ne la ré-enfouis pas. Intense réflexion pour savoir comment l’utiliser. Sans prise de risque et ne pas manquer de laine avant la fin du châle ou un modèle qui peut provoquer des sueurs froides ? (Je pense que certaines savent ce dont je parle).
Je retiens l’idée d’un châle triangulaire, commencé par le milieu de haut, avec 4 augmentations un rang sur 2, du grand classique. Au point mousse, cette laine n’a besoin de rien de compliqué. pour la bordure finale, rien n’est encore décidé.
Commencé un jour où j’avais besoin d’un ouvrage simple (Café Tricot ou autre, je ne me souviens plus ), puis abandonné faute de ne pas savoir comment je le terminerai. De toute façon, il y en avait déjà d’autres sur les aiguilles. La chaleur est arrivée et il n’était plus question de le reprendre bien que mon choix était fait pour la bordure,

point mousse et rangs raccourcis

un rang ajouré et des dents

un rang de trou-trou et quelques dents en rangs raccourcis. Je n’ai encore pas testé cette façon de faire.

Le temps s’étant remis au frais, il était temps de l’extirper du tas des en-cours.

Grosse interrogation, jusqu’où faut-il tricoter pour garder assez de laine pour les derniers rangs ? N’ayant jamais testé une telle fin en rangs raccourcis, je n’en ai pas la moindre idée. Pesage de la laine restante, je fais encore quelques rangs. Rang de « trou-trous » puis je commence les « dents ». Après en avoir fait une bonne quinzaine, je décide de les détricoter car je devrais pouvoir faire quelques rangs de plus avant la bordure. De plus, elles ne me semblent pas tout à fait assez grandes, tricotées sur 6 mailles.

point mousse

rangs raccourcis sur 6 mailles

Après seulement 2 nouveaux rangs de point mousse, un réflexe de prudence me dit que, si le nombre de mailles convient à des « dents » de 7 mailles, il est temps de recommencer la bordure.

rangs raccourcis au point mousse

rangs raccourcis sur 7 mailles

Vous ne voyez pas la différence entre les deux ? Vous vous dites que cela ne valait pas la peine de défaire ? Au moins j’aurai quand même essayé d’optimiser l’utilisation de cette pelote.

Ouf, assez de laine pour aller jusqu’au bout ! J’aurais peut-être même pu faire 2 ou 4 rangs de plus. Je ne défais pas, j’ai hâte de le porter.
Pas de blocage pour ce modèle, chouette.

petit châle au point mousse

Tout doux et chaud

Si vous voulez vous en faire un semblable, le tuto est ici.
N’hésitez pas à me signaler d’éventuelles erreurs.

Fleurs de Digoin, j’y reviens

Torchon en lin brodé

Ma première broderie de ces fleurs date d’un plus d’un an, j’avais été séduite par le rendu de la broderie réalisée en Laine Saint-Pierre. Selon moi, cela correspondait bien avec l’aspect des assiettes anciennes sortant de la manufacture de Digoin.
Cependant, cette fois, je souhaite broder un torchon en lin et il faut donc qu’il supporte une température de lavage assez importante.
Je ne suis pas certaine que le torchon servira un jour, j’ai toujours peur des tâches indélébiles pour mes torchons brodés !!! J’entends déjà « A quoi cela sert de broder des torchons si on ne peut pas s’en servir ? » Pas faux ! Certaines personnes ne peuvent pas comprendre le simple plaisir de les déplier et de les admirer avant de les ranger précieusement …. Et vous, vous me suivez ?

En feuilletant un livre écrit à partir des archives DMC, je « tombe » sous le charme de la retranscription au point compté d’un modèle ancien.

broderie point-compté

Très beau livre

Pas difficile de trouver dans la gamme Retors du Nord de Sajou les couleurs correspondant à celles préconisées en mouliné DMC. Le choix de la couleur du torchon est simple aussi, le gris devrait s’harmoniser avec les tons des fils à broder.

Au fil des heures, les fleurs prennent vie et l’ouvrage est terminé assez rapidement.

interprétation au point-compte

Le motif initial était en broderie traditionnelle

Il est vrai que le motif n’est ni chargé ni très grand.

 

 

 

Vu le grand nombre de motifs de fleurs différentes existant, qu’il me reste encore de beaucoup de fil à broder sur mes cartes et que la météo est peu propice au tricot, il se pourrait bien que je récidive. Pourquoi pas une broderie sur un sac ?

 

 

Pour l’instant, après l’avoir fait tremper, lavé et repassé, il est rangé bien précieusement. Il ne manquerait plus qu’il prenne une vilaine tâche !!!

Torchon en lin quadrillé

lin 12 fils brodé en 2 fils de Retors du Nord

 

Mon premier sac

Depuis le temps que je voulais coudre un cabas ….

J’avais dû abandonner après avoir coupé les morceaux, faute de ne pas savoir comment faire une poche appliquée. (Quelle idée de tenter l’expérience sans tuto !!!)

Réveillée un peu tôt un matin, je me précipite sur ma « bible » de couture, bien décidée à maîtriser la poche appliquée. La théorie me semblant acquise, il n’y a plus qu’à mettre en pratique. Première étape : retrouver les pièces découpées précédemment. Mince, il manque une des anses, impossible de savoir si elle s’est égarée ou si j’avais omis de la découper. Quoiqu’il en soit il faut en redécouper une nouvelle.
Je m’attaque à la première poche,

poche intérieure

J’essaye de suivre …

les explications sont très claires.

poche appliquée

la première est quasi faite

Elle n’est pas tout à fait rectangle comme souhaitée mais plutôt trapézoïdale….
Ce n’est pas bien grave et même peut-être mieux (on se réconforte comme on peut !!!)
La seconde, un peu plus grande, sera séparée en deux compartiments grâce à une simple couture verticale.
Les poches étant prêtes, je m’attaque à l’extérieur du sac.
Un simple rectangle plié et cousu sur les deux côtés. Pour donner de l’ampleur au fond, je fais 2 petites coutures

pour le fond du cabas

Perpendiculaires aux coutures des côtés

Même procédé pour la doublure intérieure à carreaux,

pour ne pas avoir à chercher ses clés au fond du sac

Pas peu fière, les carreaux sont bien alignés …

sans oublier de piquer l’attache-clés dans la couture de l’un des côtés. Application des poches : pas de problème majeur.

poche appliquée

L’une des poches intérieures

Pour les anses, je me suis contentée de faire une piqûre après les avoir pliées en deux dans le sens de la longueur. Le plus difficile a été de les retourner. Si quelqu’un a une technique, je suis intéressée. (J’ai d’abord essayé de les retourner sur un crayon –> échec, tissu trop épais? J’ai ensuite attaché une épingle de sûreté à l’une des extrêmités, comme pour passer un élastique, après quelques difficultés cela à fini par réussir mais il doit y avoir une autre méthode …. ( Cela m’apprendra à me lancer dans un truc pareil sans tuto !!!)
Le plus difficile était fait, plus qu’à assembler les 2 sacs, sans oublier de laisser une ouverture pour retourner le tout. Petite surpiqûre sur le bord pour faire plus joli et plus fini.

Pois à l'extérieur, carreaux à l'intérieur

Cabas réversible

J’espère qu’il sera solide …

Cabas à poches

Deux poches, dont une « double « 

 

Après discussion avec les spécialistes, au moins deux améliorations sont à prendre en compte pour le prochain :
– faire des coutures renforcées pour les anses
– prévoir l’ouverture de « retournement » sur l’un des côtés ou au fond pour que le haut du sac soit plus net.
A tester pour la nouvelle version.

Tuto châle Coquelicot, forme allongée, bordure dentelle

Il pourrait être la version 2 de « ma toile »

De la même « famille » que le précédent, même construction, bordure dentelle quasi-similaire : un motif a été doublé et deux des motifs un peu plus espacés pour être mieux mis en valeur.
La grosse différence est que le corps de celui-ci est au point mousse

Châle au point mousse

Laine Soprane de Cheval Blanc

et non plus en jersey. Le nombre d’augmentations par rang a donc été réduit à 2.

Je sais donc à peu près quand commencer les motifs, c’est rassurant. Cette fois j’aurai moins de surprises.

Il fait sensiblement la même taille que le précédent, près de 2,10m de long pour 54 cm de hauteur maximale.

Cette forme est appelée « crescent » dans les modèles en anglais et je n’ai pas trouvé de terme équivalent, banane, forme allongée, … moins poétique en tout cas.

Cette fois, moins de gribouillis que pour la version écrue, car ils sont quand même assez proches, des annotations sur le tuto du précédent et je me dépêche de tout « mettre au propre » avant d’avoir perdu mes papiers et/ou oublié ce que j’ai fait précisément.

 

bordure dentelle avant blocage

Juste tombé des aiguilles

Evidemment, avant blocage, la partie dentelle n’est pas expressive.

L’étape du blocage est indispensable pour tous ces types de châle, même si elle est parfois un peu fastidieuse, la bonne surprise est au bout.

Mise en forme sur tapis de mousse

Blocage en cours

Une fois les épingles ôtées, il est comme je l’avais imaginé : bien allongé.

blocage encore humide

Bordure dentelle après blocage

La bordure est quand même plus jolie après le séchage, non ?

Son nom s’est imposé comme une évidence après un tour au jardin où ces fleurs commencent à apparaître.

Si vous voulez le tricoter c’est ici : le Tuto châle Coquelicot et les Grilles châle Coquelicot.
Malgré mes relectures attentives, il peut rester des coquilles, merci d’avance pour votre indulgence.

Quasi 2 pelotes de Soprane, de Cheval Blanc tricotées.

 

Pochon à revers

La couture, j’y reprends goût

Je n’ai jamais été aussi tentée de coudre que depuis que j’ai arrêté d’aller au cours de couture auxquels je m’étais inscrite en octobre dernier. Le temps n’étant malheureusement pas extensible, c’est au détriment du tricot !

Un matin de la semaine passée, je m’y remets. J’hésite entre commencer par un cabas ou un pochon, les deux doublés. Il faut bien que je progresse !
Première étape : fouiller dans mon stock de tissus en recherchant un coup de foudre. Après en avoir déplacé plusieurs, je retrouve un coton épais, rouge à pois blanc, jugé idéal pour un cabas. Les recherches continuent afin de trouver une doublure compatible, trouvé peu après. Zut, ce morceau est là depuis tellement longtemps qu’il faudrait le relaver avant de l’utiliser. Tant pis pour lui, pas envie d’attendre.

Pois à l'extérieur et carreaux à l'intérieur

quasi le même rouge

Re-fouille : un petit imprimé Vichy dans les mêmes tons fera l’affaire. Je cherchais de l’uni mais tant pis, j’ose : pois à l’extérieur et carreaux à l’intérieur.
Découpe des côtés, des morceaux prévus pour les poches et là …. doute affreux …. comment faire le plus correctement possible des poches plaquées sans trop de sur-épaisseurs dans les angles ?
Il va falloir me plonger dans mon livre de référence.
J’ai décidé que c’était couture et décide donc de continuer mes recherches.
Pour le pochon, je ne souhaite pas utiliser mes dernières acquisitions, n’étant pas certaine de parvenir à mes fins.
Un reste de tissu dans lequel j’avais fait une robe à ma première fille, il y a plus de 20 ans, pour l’extérieur et un autre reste qui m’avait servi pour un patchwork il y a encore un peu plus longtemps.
Le modèle de base,

pochon doublé créé pour Sajou

créé par Mine

créé par Mine, me fait de l’oeil depuis que je l’ai vu.
Je l’observe, le mesure et me lance dans la découpe de mes tissus.

Ce n’est pas pour me trouver une excuse face à cette difficulté, mais je pense que les arrondis du haut ne seraient peut-être pas du meilleur effet sur un tissu à carreaux. Je réserve donc cette difficulté pour une prochaine version.
Je couds le pochon extérieur sans difficulté

tissu motifs marins

tube assemblé au disque du fond

majeure et j’enchaîne sur le second, celui de l’intérieur.

pas de faufilage

tube et cercle épinglés

 

 

 

 

 

 

Un peu trop vite, dans la précipitation j’ai oublié de laisser l’ouverture pour pouvoir retourner le tout après la couture d’assemblage du haut.

Merci à l’inventeur du découvit

Toujours envie d'aller trop vite

Pas assez de réflexion

Quelques points de couture à la main pour finir

Sac à ouvrage

Convient plutôt aux aiguilles circulaires

et le voici transformé en sac à tricot. Il convient tout à fait aux aiguilles circulaires.
Comme j’ai toujours plusieurs projets en cours, il me faut encore d’autres sacs …. (La belle excuse !!!!)

 

 

Pochon et berlingot

Je crois que j’ai voulu brûler certaines étapes

Je ne « craque » pas que pour la laine mais aussi, un peu moins souvent, heureusement, pour des tissus. Le petit souci est que je couds nettement moins que je tricote.
Bonne résolution : ne pas acheter le moindre nouveau coupon ou autre avant d’avoir utilisé la MAC.
Ma seconde souhaitait un sac à linge comme ceux faits pour sa soeur en tout début d’année et est dans une « période ananas ». Chance (excuse) extraordinaire je découvre un tissu assez sobre avec la représentation de son fruit préféré, j’achète, et je m’y mets !!
Un petit pochon tout simple mais prétexte à essayer les coutures à l’anglaise

couture à l'anglaise

Une première couture envers contre envers et une seconde endroit contre endroit

dont je viens d’apprendre l’existence.
Elles permettent d’avoir un envers aussi propre que l’endroit.
J’ai peut-être pris de trop grandes marges de couture mais je crains toujours que cela craque.
Je n’oublie pas de laisser l’ouverture pour la coulisse, petit renté pour cela soit bien net … et je tente même deux coutures paralllèles :

Rabat pour créer la coullisse

Couture de la coulisse

peut mieux faire.

 

 

 

Passage du ruban pour la fermeture et ajout d’une perle pour que cela fasse un peu plus fini.

ruban orné d'une perle

Ce n’est pas moi qui ai choisi la couleur du ruban

Il n’y a plus qu’à l’utiliser.

pour mettre le linge

pochon terminé

 

Par chance, il lui convient.

Forte de cette réalisation sans encombres (que les spécialistes ne rient pas s’il vous plaît), j’exhume un kit acquis en fin d’année dernière et enterré depuis. Comme je n’ai pas rangé, je l’ai retrouvé immédiatement.
Il s’agit de confectionner une pochette berlingot doublée. Je n’avais pas pris la pleine mesure des difficultés techniques, à mon niveau tout au moins  !!!!
La lecture du mode opératoire me laisse un peu perplexe mais, dans un élan d’optimisme, je me dis que comprendrai peut-être au fur et à mesure de l’avancement !

Deux nouveautés immédiates : coudre du tissu enduit et une fermeture éclair insérée entre deux épaisseurs de tissus (on ne voit rien quand on coud ….) .
Cela faisait des années  que je n’avais pas cousu de fermeture et jamais entre deux tissus. J’essaye donc de faire dans les règles et je faufile après avoir épinglé. Je n’en n’avais jamais posé de cette manière et les extrêmités m’ont causé bien des soucis.
Mes coutures ne sont pas très régulières et la fermeture n’est pas tout à fait centrée, tant pis pour cette fois.
Une fois cousue, je teste et …. le tissu de doublure se coince immédiatement dans la fermeture. Relecture des explications : rien ne semble prévu pour éviter celà.

fermeture entre deux épaisseurs de tissu

Pas facile

Je décide donc de rajouter une piqûre de chaque côté pour éviter que cela ne se reproduise. Je vous assure que j’avais décidé de suivre à la lettre les explications, j’ai vraiment été obligée de modifier !

Les couture sont affreuses, le tissu enduit n’obéit pas, …. Je ne défais pas par crainte des traces de trous résultantes.

Je relis pour la n ième fois le mode opératoire, pose le ruban (dans le bon sens, ouf ) et termine la dernière couture. Je retourne la pochette et ….. grosse déception :
– les angles sont hideux,
– la couture du bas est faite trop loin de l’extrêmité de la fermeture,
– la fermeture me semble posée à l’envers.

Berlingot doublé

Ouf, terminée !

 

Reconsultation du tuto : la fermeture est dans le même sens que sur la photo, j’aurai préféré l’inverser mais je n’avais pas fait assez attention.
Pour rectifier les angles, je crante (rien n’était indiqué à ce sujet, heureusement que Mine, (merci Mine) m’en avait parlé il y a quelques temps.
Je re-retourne, c’est mieux.
Fermeture de la doublure à la main, facile !

Il ne reste plus qu’à lui trouver un usage, trousse à couture ?
Et à faire une seconde, améliorée, rapidement.