Couvre-oeuf en tissu

Couvre-oeuf brodé et doublé

Lors d’un récent petit déjeuner chez des amis, je m’émerveille devant les couvre-oeufs ornant les oeufs à la coque du dimanche matin. Réalisés au crochet, j’en prends un en photo, déterminée à essayer.
De retour à la maison, je n’ai pas pris le temps de chercher si j’avais la laine nécessaire et n’en ai pas trouvé dans le seul magasin de laine visité (Il faut éviter les tentations inutiles). Cela attendra que j’ai le temps de fouiller.
Concours de circonstances, jeudi, en feuilletant le dernier N° de Création Point de Croix, je découvre un couvre-oeuf brodé.

Couvre-oeuf brodé poule

Point de départ

Coup de foudre !
Là j’ai de la chance, toutes les matières premières nécessaires sont à portée de main, une bande de lin 12 fils lisérée de bleu quasi identique à celle du modèle et les 4 couleurs de fils à broder nécessaires à la confection de la petite poule.

Hier, premier jour de congés, je brode la petite poule mais ai la flemme de la coudre. En fait, surtout pas le courage de rechercher le tissu Vichy bleu que je savais être quelque part, mais où ? J’ai décidé de doubler ce couvre-oeuf pour qu’il soit plus joli et, aussi, pour continuer mes petits essais de couture « soignée ».

Ce matin, je « déterre » le tissu Vichy convoité et me lance.
Je commence par couper le tissu à carreaux car, si je me trompe, ce sera moins grave que de devoir recommencer la broderie.
Couture de l’intérieur, ne pas oublier de laisser une ouverture pour pouvoir retourner l’ensemble une fois la couture du bas faite, je progresse. Essayage, pas trop mal.
Je coupe donc le lin en prenant l’intérieur pour modèle et couds l’extérieur.
Repassage, assemblage des 2 parties et voilà :

Evidemment modifié

Je préfère sans le plumet

Bien entendu, je n’ai pas complètement suivi le modèle qui n’était pas doublé et n’avait qu’un côté en lin.
Je craignais aussi que le « plumet » ne supporte pas bien les futurs lavages.

Couvre-oeuf brodé et doublé

doublure Vichy

J’ai choisi de broder la poule picorant à droite ….. On ne se refait pas !!!!
Au moins ce petit encours n’aura pas traîné longtemps.
Il n’y a plus qu’à en faire un pour chacun des membres de la famille…… On verra plus tard, je retourne à mon tricot.

 

Fleurs de Digoin, j’y reviens

Torchon en lin brodé

Ma première broderie de ces fleurs date d’un plus d’un an, j’avais été séduite par le rendu de la broderie réalisée en Laine Saint-Pierre. Selon moi, cela correspondait bien avec l’aspect des assiettes anciennes sortant de la manufacture de Digoin.
Cependant, cette fois, je souhaite broder un torchon en lin et il faut donc qu’il supporte une température de lavage assez importante.
Je ne suis pas certaine que le torchon servira un jour, j’ai toujours peur des tâches indélébiles pour mes torchons brodés !!! J’entends déjà « A quoi cela sert de broder des torchons si on ne peut pas s’en servir ? » Pas faux ! Certaines personnes ne peuvent pas comprendre le simple plaisir de les déplier et de les admirer avant de les ranger précieusement …. Et vous, vous me suivez ?

En feuilletant un livre écrit à partir des archives DMC, je « tombe » sous le charme de la retranscription au point compté d’un modèle ancien.

broderie point-compté

Très beau livre

Pas difficile de trouver dans la gamme Retors du Nord de Sajou les couleurs correspondant à celles préconisées en mouliné DMC. Le choix de la couleur du torchon est simple aussi, le gris devrait s’harmoniser avec les tons des fils à broder.

Au fil des heures, les fleurs prennent vie et l’ouvrage est terminé assez rapidement.

interprétation au point-compte

Le motif initial était en broderie traditionnelle

Il est vrai que le motif n’est ni chargé ni très grand.

 

 

 

Vu le grand nombre de motifs de fleurs différentes existant, qu’il me reste encore de beaucoup de fil à broder sur mes cartes et que la météo est peu propice au tricot, il se pourrait bien que je récidive. Pourquoi pas une broderie sur un sac ?

 

 

Pour l’instant, après l’avoir fait tremper, lavé et repassé, il est rangé bien précieusement. Il ne manquerait plus qu’il prenne une vilaine tâche !!!

Torchon en lin quadrillé

lin 12 fils brodé en 2 fils de Retors du Nord

 

Plaid alphabet au point compté

Partie couture terminée

Pour les vacances d’été, j’avais emporté broderie et tricot. La première pour le début et la fin du voyage, quand les températures ne convenaient pas au second. Je me suis prise complètement au jeu de cet alphabet et en ai finalement brodé un peu tous les jours, même quand j’aurais pu tricoter (Désolée ma grande, ta veste aurait dû être terminée !!).
De A

Issue de l'album Sajou serie verte

La première brodée

à Z,

lettre capitale

La dernière

je ne me suis jamais ennuyée.

 

La broderie a été terminée fin août, puis mise de côté en attente de la partie couture.
Et oui, ce plaid devait être doublé et orné d’une fine dentelle de lin. Pas patiente du tout quand il faut coudre à la machine, j’ai « un peu » traîné, me cherchant des tas de fausses excuses. (je le double avec le même tissu ou pas ? pas le temps aujourd’hui, pour la couture il faut avoir plusieurs heures de libre, ….).

Ce week-end, c’est décidé, je m’y mets.
Lecture attentive des instructions de montage. Mes deux premiers cours de couture m’ont-ils été utiles ? Aurais-je commencé à apprendre la patience ? J’ai même bâti la dentelle sur la partie brodée avant de me précipiter sur la machine à coudre. Ensuite assemblage des deux épaisseurs de tissu. Je voulais que le résultat de la partie couture ne me déçoive pas par rapport à la broderie. J’ai eu un peu de mal pour la pose de la dentelle dans les angles : c’est plus facile à la main qu’à la machine, surtout quand elle se trouve entre deux épaisseurs.

Les coins ne sont pas impeccables,

Cela rebique un peu

Pas tout à fait assez d’aisance

en partie car je n’ose pas les retailler en biais.

Par contre j’ai réussi à piquer presque droit, heureusement car sur des carreaux cela ne pardonne pas !

 

J’ai préféré choisir un tissu différent pour la doublure,

couleurs assorties à la broderie

Indienne motif bleu sur fond écru

je trouvais que cette indienne convenait plutôt bien. De plus, il me reste ainsi assez de lin pour faire un second plaid.

 

Je ne sais pas encore où je vais le poser ….

Plaid Sajou

repassage à revoir dans le bas à gauche …

 

Broderie à fils écartés, vous connaissez ?

Rien à voir avec la broderie à fil tirés ni avec le Hardanger

La broderie à fils tirés, en gros les jours de toutes sortes, beaucoup connaissent, le Hardanger n’est pas non plus un mot inconnu pour nombre d’entre nous. Pour ma part, j’avais essayé il y a de nombreuses années mais avais eu un gros moment d’angoisse au moment de couper les fils et j’avais donc repris le point compté.

Il y a quelques temps, j’ai eu la chance d’admirer des ouvrages brodés par Marie Suarez et l’un d’entre eux m’a particulièrement attirée : léger, un peu ajouré, d’une finesse extraordinaire : une broderie à fils écartés.
Très tentée par cette technique de broderie, j’ai suivi l’un de ses cours samedi dernier. Bien sûr on ne commence pas par de la toile aussi fine que la broderie tant admirée mais par du lin 16 fils (celui qui me nargue depuis des mois en me disant qu’il est beaucoup trop fin pour mes yeux …). Pas de reculade possible, on écoute la professeure.

Broderie ton sur ton, blanc, réalisée en un fil de Retors du Nord. Les petits « jours » sont obtenus en tirant régulièrement (Marie a dit régulièrement) sur le fil pour écarter ceux du lin.  La progression est lente, voici ce que j’ai obtenu à la fin du cours :

Retors du Nord en 1 fil sur lin 16 fils

Point de croix Saint-Georges

Non  seulement Marie entre dans les détails de chacune des techniques qu’elle propose pour ses cours mais, de plus, donne des conseils généraux valables pour toutes les catégories de broderie et nous apprend le pourquoi et le comment des « Travaux d’écolières » et des rouleaux.

Les « devoirs » sont prévus en attendant le prochain cours : réaliser d’autres rectangles et les remplir de points différents. Je ne sais pas combien j’en aurai le temps de broder ?
Comme je ne travaillais pas en début de semaine, j’ai commencé sans attendre.
N°1 : entourer son tambour pour ne pas avoir de traces sur sa broderie. Pas certaine de l’avoir fait comme il fallait.
N°2 : terminer de remplir le rectangle : fait
N°3 : 
broder l’entourage d’un nouveau rectangle : fait

4 * 3 cm

deuxième rectangle fini

N°4 : choisir un point de remplissage, le broder en reprenant au N°2

Je n’ai pas encore choisi mon second point mais je « potasse »

Les travaux d'écolières

Mon cahier de broderie

 

 

  

Trois techniques différentes étaient enseignées pendant ce cours, si je fais correctement mes devoirs et qu’ils sont jugés satisfaisants, je me laisserais bien tenter par la peinture à l’aiguille, option nappage. Les fleurs au passé empiétant sont superbes !

 

 

 

Laine Saint Pierre et Digoin, rencontre jugée réussie !

Ma première fleur de Digoin.

Je m’étais offert ce superbe livre

broderie, couture, ...

CSF 2015

lors du dernier salon Création et Savoir Faire. J’ai longtemps hésité avant de choisir un premier modèle. Depuis le temps que je brode, j’ai des stocks de fils et, en particulier, ceux préconisés dans le livre. Je les prépare, sors un torchon à broder et me lance. Un « détail » ne me convenait pas, j’aurais aimé une matière plus mate. Je regarde donc les coloris de Laine Saint-Pierre, un peu frustrée, ne trouvant pas de quoi réaliser le dégradé des pétales. Des nouvelles couleurs étaient annoncées mais je n’ai pas eu la patience (ce n’est pas une de mes spécialités) d’attendre. Pas dramatique, je continue et cela me fera un point de comparaison pour plus tard.

Point compté sur un centre de torchon

Ma toute première

Les nouvelles couleurs, magnifiques, arrivent dans ma mercerie préférée. Choix des teintes fait pour ressembler le plus possible à l’essai en cours. Le torchon est mis de côté et une broderie sur du lin 12 fils est démarrée. C’est exactement le rendu que je souhaitais. Le résultat est mat et lumineux à la fois, conforme à mon souvenir de cette ancienne vaisselle dont quelques pièces se trouvaient chez mes grands-parents.

sur du lin 12 fils

La seconde en Laine Saint-Pierre

Le livre contient de nombreux modèles, celle-ci ne va pas rester isolée. J’ai repéré un autre dégradé possible, toujours en rose, pour d’autres fleurs. Il y a aussi les modèles bleus à tester ….

PS : Ne pas oublier tout de même de terminer le torchon !

Broderies de la semaine

Torchon à pain enfin terminé

Il y au moins deux mois, dans un magasin que j’adore, ma grande a souhaité un petit cadeau. Je lui ai dit choisis, pensant qu’elle allait jeter son dévolu sur une des adorables petites boîtes exposées. Et non, un torchon … rose (les chats ne font pas des chiens !), joli.

centre en aïda

Torchon …. à broder

Juste une précision, elle ajoute « tu n’as plus qu’à le broder, je voudrais un torchon à pain ».

C’est de ma faute j’en avais fait un il y a quelques années.

2 bandes aïda brodées

Mon torchon à pain

Elle ajoute  » tu vas faire vite, j’en ai besoin … et c’est juste une toute petite broderie « . Elle consulte plusieurs alphabets (trop grand, trop chargé, trop ceci, trop cela, ….) et fixe son choix. Il n’y plus qu’à. Je commence assez rapidement puis plus rien (tricot en cours!). L’excuse du tricot, elle admet. Par contre, quand dimanche dernier elle s’est rendue compte que je brodais autre chose, il a fallu que je promette de terminer assez rapidement. Comme il s’agit vraiment d’un petit motif, une fois l’entourage brodé, cela a été plutôt rapide.

broderie pain

J’espère qu’elle ne le trouvera pas trop petit.
(Je l’avais prévenue mais sait-on jamais ?)

L’autre « chose » était  :

Point compté sur lin 12 fils

Salamandre et Hermine

Pour ma décharge, il est plus amusant de broder sur du lin que sur de l’Aïda ….

Broderie Suisse – Essai

Nouvelle technique testée

Une ligne de moins dans la liste des « A tester dès que possible » … Il y a quelques semaines, l’une des participantes du café-tricot du vendredi nous a montré  certaines de ses réalisations utilisant cette technique, puis une autre copine, …. évidemment, j’ai eu envie d’essayer aussi. Le récent salon CSF débordant de tentations, j’ai succombé. Très beau livre, bien illustré.

broderie suisse sur tissu à carreaux

Très beau livre

Après avoir mis la main sur un tissu ressemblant à ce qu’il fallait (je me suis contentée d’un ressemblant car j’essaye de tenir la promesse faite à moi-même : ne pas aller dans un magasin de tissus tant que je n’ai pas cousu un véritable quelque chose grâce à mes stocks personnels) et les fils adaptés (facile, je suis bien entourée) il ne restait plus qu’à trouver un peu de temps.
Premier essai terminé, je me suis contentée de quelques points de base.

Points de broderie Suisse

Toujours sur un tissu à carreaux

Cela m’a plu mais je ne retenterai pas de sitôt car encore pas mal de lignes sur ma liste dès « en attente de temps ». Les prioritaires sont, actuellement, les côtes anglaises bicolores tricotées en rond, la broderie Hardanger, l’enfilage de perles séparées par des noeuds, ….. Pour les perles, il me semblait que cela ne devait pas être sorcier mais, après une première démonstration, je me suis vite rendue compte que c’est loin d’être évident.  Je comprends mieux pourquoi c’est un métier !

Ce qui est vraiment impressionnant avec la broderie Suisse c’est la différence d’aspect que peut prendre un même tissu selon les carrés qui sont brodés et les points utilisés. Evidemment je ne suis pas allée assez loin dans mes essais pour vous le montrer mais n’hésitez pas à regarder sur Internet, il y a des merveilles.

Broderie de Lunéville – premier cours

Mon événement de la semaine

Il y a plus d’un an, je ne connaissais ni son vrai nom ni rien de son histoire. Je ne vais pas vous l’écrire, d’autres le font bien mieux que moi. Vous trouverez tout sur le site et la page FB du Conservatoire des Broderies de Lunéville.
Au cours des mois précédents, j’ai pu assister à 2 démonstrations qui m’ont enthousiasmée et j’ai eu, mardi, la grande chance de me voir offrir un cours. D’habitude ces cours ont lieu au Château de Lunéville mais, cette semaine, Aude Rémi, brodeuse d’Art et maître de stage, faisait découvrir son art à Paris.

La broderie se fait sur l'envers du tissus

Vous ne voyez rien ? c’est normal.

Cette broderie se fait sur l’envers : la pièce à broder en organza, tulle ou autre, est tendue entre des tissus plus résistants, fixés sur un métier.  On utilise un crochet très spécifique et du fil de coton, pour débuter. Quand on loupe (comme sur la photo), on essaye de récupérer le point avec une épingle.
Après avoir fait des essais de lignes plus ou moins droites et irrégulières, on peut ajouter des perles. Le résultat n’est visible que lorsque l’on retourne le métier. A ce stade une série de bêtises peut arriver : on oublie de fixer le dernier point et tout se défait, les objets posés sur le métier tombent, …. C’est du vécu.

Perles posées sur l'envers

Pose de perles longues puis rondes

On commence par des perles longues qui sont plus facile à « sentir » sous les doigts quand on brode à l’envers, puis on teste avec des rondes, plus petites. C’est tout ce que j’ai fait pendant la matinée ….

Petite pause déjeuner, nécessaire pour décrisper mes doigts.
Reprise du cours, impression d’avoir régressé, rien ne va. Rester zen et se décontracter …. Aude nous dessine un motif qu’il faut recouvrir de perles. Devinez la couleur choisie ?

Broderie perlée

Avec les défauts

 

 

Ne mettre qu’une perle par point, ne pas en mettre deux, faire des points réguliers, …. tout en travaillant sur l’envers. il faudrait des yeux au bout des doigts !

 

Dernière étape du cours, la pose de paillettes.

perles longues, puis ronde, puis paillettes

Essai de broderie perlée et pailletée

Je ne résiste pas, je vous montre TOUT ce que j’ai fait dans la journée :

les différentes techniques essayées

Quoi, c’est tout ?

Excellente expérience, je ne désespère pas de passer à l’étape suivante : la broderie sur tulle. Si vous voulez rêver, allez voir les photos des pros, c’est vraiment splendide.

Merci à celles qui m’ont permis cette journée inoubliable : Frédérique, Marie-Pascale, Aude et Caroline (la photographe).

Les aromates

A l’époque où je brodais sur de l’Aïda

Tant qu’à l’avoir décroché pour le nettoyer, autant vous le monter.

Il doit avoir au moins 15 ans

Point compté sur toile Aïda

En général mes broderies sont empilées dans un coin mais celle-là a trouvé sa place dans la cuisine, il y a déjà au moins 15 ans.
L’ouvrage de cet été est nettement moins ambitieux.